Selon le biologiste Paul Ehrlich, la civilisation va s'effondrer en quelques décennies

Publié le

Entretien

Paul Ehrlich: "L'effondrement de la civilisation en quelques décennies est une quasi-certitude"

Par Damian Carrington pour The Guardian le 22 mars 2018

Cinquante ans après la publication de son livre controversé "The Population Bomb", le biologiste Paul Ehrlich met en garde contre la surpopulation et la surconsommation qui nous poussent à la limite

La toxisation de la planète avec des produits chimiques synthétiques peut être plus dangereuse pour les personnes et la faune que le changement climatique, explique Ehrlich (Photographie: Linh Pham/Getty Images)

La toxisation de la planète avec des produits chimiques synthétiques peut être plus dangereuse pour les personnes et la faune que le changement climatique, explique Ehrlich (Photographie: Linh Pham/Getty Images)

Un effondrement effréné de la civilisation est une "quasi-certitude" dans les prochaines décennies en raison de la destruction continue du monde naturel par l'humanité qui soutient toute la vie sur Terre, selon le biologiste Paul Ehrlich.

En mai, il y aura 50 ans que l'éminent biologiste a publié son livre le plus célèbre et le plus controversé, "The Population Bomb". Mais Ehrlich reste aussi franc que jamais.

Le professeur Paul Ehrlich de l'Université de Stanford (Photo: Alamy Photo)

Le professeur Paul Ehrlich de l'Université de Stanford (Photo: Alamy Photo)

Selon lui, la population optimale du monde serait inférieure à deux milliards de personnes, soit 5,6 milliards de moins que sur la planète actuellement, et les produits chimiques synthétiques, qui peuvent être plus dangereux pour les humains et la faune, sont de plus en plus toxiques.

Ehrlich dit aussi qu'une redistribution sans précédent de la richesse est nécessaire pour mettre fin à la surconsommation des ressources, mais "les riches qui dirigent aujourd'hui le système mondial - qui tiennent les réunions annuelles des "destructeurs du monde" à Davos - ne devraient pas laisser faire.

"The Population Bomb", écrit avec sa femme Anne Ehrlich en 1968, prédisait que "des centaines de millions de personnes allaient mourir de faim" dans les années 1970 - un destin évité par la révolution verte dans l'agriculture intensive.

Paul Ehrlich reconnaît aujourd'hui que beaucoup de détails et de timings étaient faux, mais il affirme que le livre était globalement correct.

"La croissance de la population, conjuguée à la surconsommation par habitant, entraîne la civilisation à la limite: des milliards de personnes ont maintenant faim ou souffrent de malnutrition en micronutriments, et la perturbation du climat tue des gens".

Rendre la contraception moderne et l'avortement accessibles à tous et donner aux femmes l'égalité des droits, des salaires et des opportunités

Ehrlich est professeur à l'université de Stanford depuis 1959 et est également président de l'Alliance du millénaire pour l'humanité et la biosphère, qui travaille "pour réduire la menace d'un effondrement de la civilisation".

"C'est une quasi-certitude dans les prochaines décennies, et le risque augmente continuellement tant que la croissance perpétuelle de l'entreprise humaine reste l'objectif des systèmes économiques et politiques", explique-t-il. "Comme je l'ai dit plusieurs fois, "la croissance perpétuelle est le credo de la cellule cancéreuse".

C'est la combinaison de la forte population et de la forte consommation des riches qui détruit le monde naturel, dit-il. Des recherches publiées par Ehrlich et ses collègues en 2017 ont conclu que cela conduirait à une sixième extinction massive de la biodiversité, dont la civilisation dépend pour l'air pur, l'eau et la nourriture.

Selon Ehrlich, la consommation élevée des riches détruit le monde naturel (Photographie: Paulo Whitaker/Reuters)

Selon Ehrlich, la consommation élevée des riches détruit le monde naturel (Photographie: Paulo Whitaker/Reuters)

Les solutions sont difficiles, dit-il. "Pour commencer, il faudrait rendre la contraception moderne et l'avortement de secours disponibles à tous et donner aux femmes des droits égaux, des salaires et les mêmes opportunités que les hommes."

"J'espère que cela conduirait à un taux de fécondité total assez bas pour que le rétrécissement nécessaire de la population suive. [Mais] il faudra beaucoup de temps pour réduire humainement la population totale à une taille qui soit durable."

Il faudra beaucoup de temps pour réduire humainement la population totale à une taille durable

Il estime la taille de la population mondiale optimale d'environ 1,5 à deux milliards de personnes. "Mais plus l'humanité poursuit ses activités habituelles, plus la société durable est susceptible de se réduire. Nous en récoltons continuellement les fruits empoisonnés, par exemple en provoquant l'extinction des stocks de poisson."

Ehrlich est également préoccupé par la pollution chimique, qui a déjà atteint les coins les plus reculés du globe. "La preuve que nous ayons est que les substances toxiques réduisent l'intelligence des enfants, et les membres de la première génération fortement contaminée sont maintenant des adultes."

Il traite ce risque avec son humour noir caractéristique: "La première preuve empirique comme quoi nous sommes en train de réduire à néant Homo sapiens, ce sont les débats républicains aux élections présidentielles américaines de 2016 - et la kakistocratie qui en a résulté. D'autre part, la toxication peut résoudre le problème de la population, puisque le nombre de spermatozoïdes est en train de chuter."

La pollution plastique trouvée dans les endroits les plus reculés de la planète montre que nulle endroit n'est à l'abri de l'impact humain (Photographie: Conor McDonnell)

La pollution plastique trouvée dans les endroits les plus reculés de la planète montre que nulle endroit n'est à l'abri de l'impact humain (Photographie: Conor McDonnell)

Reflétant cinq décennies après la publication de "The Population Bomb" (qu'il voulait intituler "Population, Resources, and Environment"), il affirme: "Aucun scientifique n'obtiendrait exactement les mêmes vues après un demi-siècle d'expérience supplémentaire, mais Anne et moi sommes toujours fier de notre livre. "Il a contribué à lancer un débat mondial sur l'impact de la croissance démographique qui se poursuit aujourd'hui, dit-il.

La force du livre, dit Ehrlich, c'est qu'il était court, direct et fondamentalement correct. "Son point faible est qu'il n'abordait pas suffisamment les questions de surconsommation et d'équité. Il fallait plus développer sur les droits des femmes et la lutte explicite contre le racisme - qui m'a occupé une grande partie de ma carrière et de mon activisme.

"Trop de gens riches dans le monde sont une menace majeure pour l'avenir humain, et la diversité culturelle et génétique sont de grandes ressources humaines."

Les accusations selon lesquelles le livre a soutenu les attitudes racistes à l'égard du contrôle de la population sont encore douloureuses aujourd'hui, affirme le professeur Ehrlich. "Ayant été un co-inventeur du sit-in pour supprimer la ségrégation dans les restaurants à Lawrence au Kansas dans les années 1950 et ayant publié des livres et des articles sur le ridicule biologique du racisme, ces accusations continuent de m'agacer."

Mais, il conclue: "Vous ne pouvez pas laisser la possibilité que les gens ignorants qui interprètent vos idées comme racistes vous empêchent de discuter honnêtement des questions critiques."

 

Lien de l’article en anglais:

https://www.theguardian.com/cities/2018/mar/22/collapse-civilisation-near-certain-decades-population-bomb-paul-ehrlich

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article