Les Irlandais et la Guerre d’Espagne: 2 - Combattre Franco: les premières victimes irlandaises de la guerre civile espagnole

Publié le

A l’occasion des 80 ans de la Guerre d’Espagne, la Gazette du Citoyen a décidé de publier une dizaine d’article racontant l’épopée des Irlandais venu se battre pour la République espagnole contre le fascisme.

Ci-dessous, le deuxième de ces articles:

Combattre Franco: les premières victimes irlandaises de la guerre civile espagnole

Par Pauline Murphy pour Counter Punch le 5 janvier 2017

En 1936, la démocratie espagnole a été attaquée lorsque le général Franco a mené un coup d'État fasciste contre le gouvernement républicain élu. Ce qui a suivi fut un combat acharné au cours des années suivantes entre les républicains de gauche et les fascistes d'extrême droite. Ce conflit vit un afflux de combattants d'autres pays se battre au nom des républicains, y compris beaucoup d'Irlandais qui ne sont jamais revenus.

Les premiers Irlandais à s’être battus contre le fascisme en Espagne furent Tommy Patten et Jack ‘Blue’ Barry.

Patten est né sur l'île d'Achill au large de la côte ouest de l'Irlande en 1910. C'était l'un des 14 enfants qui ont grandi dans une maison ou l'on parlait la langue irlandaise. À l'adolescence, Patten et son frère se sont aventurés à travers la mer d'Irlande pour trouver du travail en Angleterre.

Patten a travaillé sur de nombreux chantiers à travers l'Angleterre, y compris celui de la construction de la brasserie Guinness à Londres. Ce fut son dernier emploi avant de se rendre en Espagne en 1936.

Patten avait du sang rebelle dans ses veines, donc, alors qu'il travaillait en Angleterre, il rejoignit la branche londonienne du Congrès républicain et quand les fascistes de Franco commencèrent à anéantir la démocratie en Espagne, il décida de prendre position.

En octobre 36, Patten voyagea seul en Espagne. Sur le quai de la gare d’Euston, Patten dit au revoir à son frère et les deux s'échangèrent leurs montres. Au moment du départ, le frère de Patten lui a recommandé "de faire attention aux balles fascistes", ce à quoi Patten a répondu "la balle qui m'aura ne tuera pas de travailleur espagnol".

Lorsque Patten arriva en Espagne, il s'engagea dans une milice locale pour défendre la ville de Madrid contre les troupes franquistes qui l’assiégeaient.

Jack 'Blue' Barry est né à Dublin le 23 août 1889, sous le nom de William Jack Barry, mais comme beaucoup d’Irlandais, il avait trouvé une nouvelle vie en Australie. Barry était employé comme marin à Melbourne, mais comme Patten à Londres, Barry avait des opinions républicaines de gauche et donc, rejoignit le parti communiste local.

En juillet 36, Barry arriva à Barcelone pour participer aux Jeux olympiques des travailleurs mais ils furent annulés en raison du coup d’Etat fasciste. Barry refusa de revenir à la sécurité de l’Australie et, moins d'un mois plus tard, il s’enrôla dans une unité des forces républicaines pour combattre les fascistes franquistes.

Dans l’édition du 26 décembre du journal The Worker, on pouvait lire un reportage tardif concernant le sort de Tommy Patten et de Jack 'Blue' Barry. Il rapportait que Patten avait été porté disparu après s'être porté volontaire avec un simple fusil pour retarder l'avancée des troupes aux portes de Madrid tandis que ses camarades essayaient de démonter des mitrailleuses et de les évacuer vers l'arrière. Il déclarait "espérer que Patten ait réussi à échapper à la capture de l’ennemi fasciste". Ce même article indiquait que le camarade de Patten, "Barry, avait été retrouvé mort tenant toujours son fusil dans ses mains".

Ceux qui lisaient ce reportage ne le savaient pas alors, mais comme Barry, Patten avait également succombé à des balles fascistes le 18 décembre, juste un jour avant son 26ème anniversaire.

Le siège de Madrid dura deux ans et demi, d'octobre 1936 jusqu'à la prise de la ville par les forces franquistes en mars 1939. Le célèbre slogan de Madrid symbole de ceux qui combattaient le fascisme en Espagne "No Pasaran!" est devenu un appel de ralliement pour ceux qui, comme Barry et Patten, s'opposaient à Franco.

Patten et Barry, 47 ans, reposent sur le sol espagnol. En 1986, un monument a été élevé en l'honneur de Tommy Patten sur l'île d'Achill et surplombe sa ferme à Dooega. L’inscription indique que Patten a "lutté courageusement et est mort pour la défense de Madrid en 1936 pour la République espagnole et tous les peuples opprimés".

Le monument élevé en l'honneur de Tommy Patten sur l'île d'Achill

Le monument élevé en l'honneur de Tommy Patten sur l'île d'Achill

Un an après la mort de Barry à Madrid, le secrétaire du Comité espagnol de secours à Melbourne, Len Fox, a écrit un court poème en mémoire du Dubliner:

"Barry is dead, we clench our fists who know

He died for freedom on the fields of Spain,

His grave among those ancient hills will show

Eureka’s spirit lives and burns again."

(Barry est mort, nous serrons les poings qui savent

Il est mort pour la liberté dans les champs d'Espagne,

Sa tombe parmi ces anciennes collines montrera

L'esprit d'Eureka qui vit et brûle à nouveau.)

Tommy Patten et Jack 'Blue' Barry furent les premiers morts irlandais de la guerre civile espagnole, mais ils ne seront pas les derniers. Beaucoup d’Irlandais prendront les armes contre les fascistes de Franco et feront le sacrifice ultime pour cela.

Pauline Murphy est une rédactrice indépendante d'Irlande.

Lien de l'article en VO:

https://www.counterpunch.org/2017/01/05/fighting-franco-the-first-irish-casualties-of-the-spanish-civil-war/

Pour voir le premier article publié par la Gazette du Citoyen sur ce sujet, "Le brigadiste irlandais", cliquez sur le lien suivant:

http://lagazetteducitoyen.over-blog.com/2018/09/les-irlandais-et-la-guerre-d-espagne-1-le-brigadiste-irlandais.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article