‘Respectez le vote, respectez le peuple’

Publié le

Dans une tribune, le Parti Communiste britannique appelle à boycotter les élections européennes et à respecter les résultats du référendum sur le Brexit. Selon le PCB, le fait que les élections européennes soient tenues en Grande Bretagne 3 ans après que les électeurs britanniques aient voté pour quitter l’UE démontre clairement que le gouvernement du Royaume Uni n’a pas l’intention de respecter ce choix.  

La déclaration du PCB ci-dessous:

Respectez le vote, respectez le peuple

Par Tony Conway Coordonnateur de l'ARAF - La commission antiraciste et antifasciste du Parti Communiste britannique - le 10 mai 2019

Manifestants du PCB contre l’Union Européenne

Manifestants du PCB contre l’Union Européenne

La décision du peuple britannique de quitter l'Union Européenne en 2016 a été un choc pour la classe dirigeante représentée par les grandes entreprises, la haute fonction publique, le gouvernement et les banques. Le gouvernement de l'époque avait l'appui de la majorité des syndicats qui s'étaient exprimés publiquement pour demeurer dans l’UE, en dépit du point de vue de nombre de leurs membres. Depuis cette décision majoritaire, certaines sections de la gauche se sont empressées de diffamer ceux qui avaient voté. Les électeurs de la classe ouvrière ont été qualifiés de racistes, stupides ou égoïstes. D'autres cherchent à diviser la population en stéréotypes commodes. Ils ont soutenu que les gens avaient mal compris et qu'ils devraient avoir la possibilité de changer d'avis.

Comme le Parti communiste peut en témoigner, la gauche s'oppose depuis longtemps à l'Union européenne et aux traités qui intègrent sa politique néolibérale. Dans le cas du PC, cette opposition remonte à 1955. À cette époque, les fascistes soutenaient une fédération capitaliste européenne unique. L'opposition à la CEE/CE/UE était commune parmi les syndicats et le parti travailliste, en particulier à sa gauche. Ironiquement, il semble que des groupes importants de fascistes et de l’extrême droite, y compris le «Rassemblement national» de Le Pen, reviennent à une position favorable à l’UE.

Depuis l'apogée du thatchérisme, des fractions de gauche ont changé d'allégeance. Ils croyaient qu'un gouvernement supranational leur accorderait plus de garanties que ce que leur organisation syndicale pouvait obtenir chez elles. Ils ont ignoré la violation des droits collectifs et l'interdiction de l'intervention de l'État, pour des protections non spécifiées dans le chapitre social européen. En réalité, cela régularise des pratiques telles que le travail intérimaire et l'allongement de la durée du travail.

À peu près à la même époque, l’accord de Schengen est entré en vigueur, dans le cadre des efforts de l’UE pour poursuivre sa réforme néolibérale. Schengen a été intégré au droit de l'UE par le traité d'Amsterdam en 1997, entré en vigueur en 1999. Il a ensuite été soumis aux décisions de la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE).

Schengen a permis aux personnes et aux biens de circuler librement à travers les frontières intérieures tout en renforçant considérablement les frontières extérieures.

Les pays de Schengen ont dû renforcer leurs contrôles internes. Les cartes d'identité étaient obligatoires dans de nombreux pays. L'inscription était requise dans les hôtels. Communément appelée «Europe de la forteresse», ce renforcement des frontières extérieures et des contrôles internes s’appuyait sur une vision du monde fondamentalement raciste et euro-centrique et avait un impact négatif sur de nombreux pays, notamment en Afrique du Nord.

La réglementation de Dublin adoptée en 1997 stipulait que les États de l’UE dans lesquels pénétraient en premier les demandeurs d’asile avaient la responsabilité première. En 2017, la CJCE a décidé que les États membres de l'UE avaient le droit d'expulser les demandeurs d'asile vers leur pays d'entrée. Les groupes de défense des droits de l'homme, y compris le HCR, critiquent largement cette réglementation.

Schengen a entraîné le dépeuplement généralisé de nombreux pays de l'UE, les privant de leurs travailleurs qualifiés. L'Estonie a perdu 20% de sa population masculine adulte. Cela a également conduit au mouvement de capitaux à grande échelle - par exemple, la récente annonce de JLR de transférer sa production de Grande-Bretagne vers la Serbie. Les travailleurs sont obligés de se faire concurrence à la demande du capital. Récemment, cela a été institutionnalisé dans la directive sur les travailleurs détachés.

Le parti communiste a dévoilé, documents à l’appui, l'impact de l'UE et est reconnu pour ses recherches approfondies sur ses développements. En 1978, il a fait valoir que l'intégration dans l'Union européenne aurait un impact négatif sur les immigrés originaires de pays tiers et qu'elle affecterait particulièrement les communautés ayant des liens historiques et familiaux extérieurs à l'espace Schengen.

Par conséquent, il n’est pas surprenant que le gouvernement expulse maintenant les personnes qui vivent ici depuis des décennies. Le New Labour, puis les ConDems ont introduit de nouvelles lois sur l'immigration, qui criminalisent des communautés entières. Des milliers de personnes se retrouvent dans des centres d’immigration privés. Des milliers de personnes ont été déportées. La dernière loi de 2014 a incorporé l’environnement «hostile» au siège social dans la loi. Tout cela s'est passé sous l'œil vigilant de l'UE soi-disant bénigne. Comme pour la monnaie unique, le Royaume-Uni reste en dehors de Schengen, mais intègre ses contrôles, dirigés contre les ressortissants de pays tiers.

L’action de l’UE contribue à la création de migrations massives de travailleurs à la recherche de travail et de réfugiés, signe un accord cynique de 800 millions d’euros avec la Turquie pour la mise en place de camps pour les personnes fuyant la guerre en Syrie et prévoit le retour de l’esclavage en Libye. Pourtant, si vous vous opposez à l'UE, on vous traite de raciste!

Il existe un trope: les personnes qui ont voté pour quitter l’UE - comme c’est leur droit - seraient racistes et celles qui ont voté pour rester ne le seraient pas. Cela ne tient pas debout. L’UE a été créée pour préserver son propre capital. Les droits sociaux et politiques sont consacrés pour les uns mais aux dépens des autres. De nombreux gouvernements soutiennent l’UE tout en discriminant les personnes sur la base de leur appartenance ethnique. Sinon, comment expliquer le scandale Windrush?

Si nous voulons remettre en cause l’idéologie raciste et le fascisme, il n’est pas utile d’injurier ou de faire des stéréotypes. L’appel du parti communiste au boycott du peuple lors des prochaines élections européennes a certainement suscité de nombreux débats. C'est bien. L'abus ne l'est pas.

Le parti communiste s'est toujours opposé à l'Union européenne, alors pourquoi participerait-il maintenant à une institution alors que la majorité des gens ont voté pour la quitter, et que nous aurions déjà dû le faire?

Après avoir combattu le racisme et l’impérialisme tout au long de ses 99 ans d’existence, le PC ne recommande certainement pas de soutenir les options de départ définies par le parti néo-libéral du Brexit ou l’UKIP raciste. En fait, il appelle ceux qui veulent partir à rester à l'écart le 23 mai et à ne pas voter pour de telles élections. Les anti-racistes qui soutiennent que nous devons voter pour nous garder de Yaxley Lennon et de l’UKIP se sont placés dans un piège qu'ils ont eux-mêmes créés. Ils finiront du côté de Schengen.

Le PC croit qu'il est nécessaire de discuter, d’argumenter et de s'opposer physiquement au racisme, ce qu’il est préférable de faire dans les lieux de travail et les communautés où les personnes peuvent être réunies. Se contenter de crier et d’étiqueter les gens, comme certains ont choisi de le faire après le référendum, a peu d'effet.

Nous devons redoubler d'efforts pour inclure et autonomiser ceux qui sont directement discriminés. Nous avons besoin d'une véritable alternative basée sur le socialisme. Il est temps maintenant de passer à l'offensive.

Lien de l’article en VO:

https://www.communist-party.org.uk/britain/2513-respect-the-vote-respect-the-people.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article