D'après le réalisateur Oliver Stone, les États-Unis sont 'l'Empire du mal'

Publié le

Par Alexei Druzhinin pour Sputnik America le 31 janvier 2020

Oliver Stone

Oliver Stone

Les films d'Oliver Stone ont remporté 12 Oscars, dont deux du meilleur réalisateur, ainsi que plusieurs prix Golden Globes et BAFTA. Aujourd'hui, son nouveau centre d'intérêt est de faire des documentaires - sur le Venezuela, l'Ukraine et Edward Snowden - tous en posant la réflexion sur les activités douteuses du gouvernement américain tant au pays qu'à l'étranger.

Oliver Stone, le réalisateur américain primé et critique implacable des administrations américaines, a qualifié son pays d'«empire du mal».

Ce terme a été inventé par le président Ronald Reagan en 1983 lorsqu'il faisait référence à l'Union soviétique et à sa course aux armements avec les États-Unis.

Les choses ont beaucoup changé depuis, du moins pour Oliver Stone. «Les empires tombent. Prions que ce soit le cas pour cet empire qui fait toutes ces mauvaises choses, parce ce que c'est nous l'Empire du mal aujourd'hui», a-t-il déclaré dans une interview à RT. «Ce que Reagan a dit sur la Russie est vrai pour nous.»

Oliver Stone - particulièrement connu pour ses films Platoon et Wall Street - a longtemps critiqué la politique étrangère américaine, en particulier son implication dans les conflits armés au Moyen-Orient.

Sur l'évolution d'Hollywood

Dans l'interview, il a accusé les producteurs hollywoodiens de le soumettre à une «censure économique» après qu'il se soit détourné du récit pro-guerre traditionnel.

Il a déploré: «Hollywood a changé depuis 2001. La censure y est omniprésente. Les militaires, la CIA et les représentants de ces organisations y sont très favorables.»

«Ils peuvent réduire les budgets... Disons que si vous voulez faire un film critiquant l'armée américaine en prenant une histoire de guerre en Irak ou un horrible fait qui s'est récemment produit en Iran», a-t-il précisé, «si vous écrivez un scénario avec ce genre d'histoires, vous ne pourrez pas le faire.»

«Maintenant, la censure n'est pas quelque chose qui affecte exclusivement l'industrie cinématographique américaine», a noté Oliver Stone. «Je peux constater que les médias américains disent tous la même chose ... Et vous n'entendez pas d'opinion favorable à l'Iran ou à la Chine, la Corée du Nord ou le Venezuela. Vous ne pouvez y lire ou y entendre que leur point de vue.»

Sur le bellicisme de la politique américaine

Il a poursuivi en donnant son opinion sur les faucons néoconservateurs américains soutenant les campagnes militaires à l'étranger: «Ce sont des bellicistes à l'ancienne».

«Il n'y a pas de parti aux États-Unis, il n'y a pas de voix démocratique, à part quelques particuliers qui ne représentent pas grand-chose, qui posent la question: "Pourquoi combattons-nous, pourquoi faisons-nous toutes ces guerres?"» a-t-il poursuivi.

«Je n’entends rien à ce sujet de la part des principaux candidats, à part un ou deux candidats mineurs aux primaires démocrates, mais ce sont des candidats qui n’ont aucune chance de gagner.»

«En d'autres termes, Hillary Clinton et Joe Biden sont tout aussi pro-guerre que n'importe quel républicain comme, par exemple, Dick Cheney. Ils expriment simplement leurs opinions d'une manière différente. Peut-être que cela démontre à quel point l'Amérique est enfermée dans une bulle. L'Amérique est tellement à droite qu’Hillary Clinton y est reconnue comme démocrate. Je ne peux pas y croire.»

«Il n'y a pas vraiment de gauche dans les allées du pouvoir en Amérique. Il n'y a que deux partis de droite qui se disputent le pouvoir. Comme [le président russe Vladimir] Poutine l’a dit dans les interviews que j’ai faites avec lui, "cela ne fait aucune différence qui est le président des États-Unis."»

Lien de l'article en anglais:

https://sputniknews.com/us/202001311078189951-oliver-stone-united-states-is-the-evil-empire/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article