Manifeste de la commission anti-parlementaire

Publié le

Source: Guillaume Davranche, Trop Jeunes pour Mourir. Paris, l'Insomniaque/Libertalia, 2014

Traduit en anglais pour marxists.org par Mitchell Abidor et retraduit en français par la Gazette du Citoyen

Le livre de Guillaume Davranche, «Trop Jeunes pour Mourir»

Le livre de Guillaume Davranche, «Trop Jeunes pour Mourir»

En 1910, les mouvements anarchistes et syndicalistes en France lancent une grande campagne anti-parlementaire. La déclaration suivante a reçu l'assentiment de la quasi-totalité de l'extrême gauche de l’époque (qui n’a rien à voir avec celle d’aujourd’hui). L’actuelle révolte des Gilets jaunes et la tentative de récupération par certains partis parlementaires (LFI, RN) démontrent que ce texte était visionnaire. Des propositions de lois par des collectifs de citoyens qui seraient ensuite soumises à référendum permettraient la suppression des deux chambres parasitaires et les économies faites sur les énormes salaires que les députés et sénateurs s’octroient permettraient largement de financer la tenue de ces référendums.

Voici la déclaration de la commission anti-parlementaire:

Les révolutionnaires anti-parlementaires, considérant:

Que le parlementarisme, même lorsqu'il semble lutter contre l'organisation sociale actuelle, la consolide au contraire;

Que si des réformes partielles sont dictées par un parlement, elles ne sont en réalité obtenues que par une action directe et extraparlementaire;

Le parlementarisme est, dans son essence, en contradiction et même fatal à l'action directe, dont il détourne inévitablement l'attention et l'énergie;

Rappelons aux travailleurs qu'ils ne doivent attendre leur émancipation totale et à toute amélioration de leur sort qu'à eux-mêmes, à leurs propres efforts et initiative, et non de l'intervention miraculeuse d'un tiers, de leur représentant élu, quel qu'il soit, de quelque parti qu’il soit, et quels que soient les principes qu'il pourrait détenir:

Nous les invitons à retirer leur confiance aux partis parlementaires et au gouvernement, à ne s'intéresser en rien aux batailles électorales vaines et stériles, à orienter leurs activités vers des luttes économiques, à prendre leur place dans les syndicats et à propager en leur sein des idées et des méthodes révolutionnaires.

De plus, les anti-parlementaires révolutionnaires proclament la nécessité pour tout le monde de participer à des groupes d'action et d'éducation révolutionnaires déjà existants et de créer ces groupes lorsqu'ils n'existent pas encore.

Source:

https://www.marxists.org/subject/anarchism/anti-parliamentary.htm

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article