La violence contre les manifestations augmente en Colombie alors que les pourparlers échouent

Publié le

Par Sophie Squire pour Socialist Worker le 1er Juin 2021

Les manifestants veulent que le président "assassin" Ivan Duque dégage du pouvoir.

«La Colombie pleure mais ne cède pas» a écrit cette manifestante sur son corps. Elle s’est aussi dessinée un impact de balle sur le front pour dénoncer le massacre

«La Colombie pleure mais ne cède pas» a écrit cette manifestante sur son corps. Elle s’est aussi dessinée un impact de balle sur le front pour dénoncer le massacre

Les manifestations continuent de faire rage en Colombie malgré l'escalade de la violence d'État. Il a été rapporté que 13 personnes ont été tuées lors d'une manifestation dans le sud-ouest de la ville de Cali, vendredi de la semaine dernière. Humans Rights Watch estime désormais que le nombre total de morts depuis le début des manifestations s'élève à près de 70. Selon certaines informations, l'escadron mobile anti-émeute, connu pour son extrême violence, a torturé et détenu des manifestants. Certaines organisations humanitaires ont également signalé l'existence de charniers.

Manifestations

Les grèves et les manifestations ont commencé le 28 avril après que le président d’extrême droite Ivan Duque ait annoncé son intention d'augmenter les taxes sur les articles essentiels. Duque a été contraint d'annoncer rapidement qu'il n'y aurait plus d'augmentation sur des articles tels que la nourriture et l'essence quatre jours plus tard, mais les manifestations se sont poursuivies.

Les protestations ont déjà forcé le gouvernement à faire des concessions. Celles-ci incluent le vote contre le projet de loi sur la réforme de la santé qui donnerait plus de pouvoir aux prestataires de soins de santé privés.

Le gouvernement a également été contraint d'examiner son propre traitement violent des manifestants, en publiant un décret selon lequel les forces de sécurité devraient utiliser les niveaux de force appropriés. Mais depuis qu’il a dit cela, la répression brutale de la police et de l'armée contre les manifestants n'a fait que s'aggraver.

Dans un communiqué du Comité national de grève, qui a entamé des pourparlers avec le gouvernement, un projet d'accord visant à mettre fin aux violences a été rejeté par le pouvoir. Les demandes du Comité incluaient la fin des brutalités policières et la démission du ministre de la Défense Diego Molano. Les pourparlers ont ensuite échoués dimanche dernier. Mais les discussions s’étaient déjà heurtées à un certain nombre d'impasses. L'une d’entre elles était que le gouvernement a dit qu'il voulait que le Comité national de grève lève les barrages routiers à travers le pays. Ces barrages routiers de personnes ont causé des pénuries de nourriture et coûté des millions à l'État.

Les forces réactionnaires ont tenté de s'organiser contre les barrages routiers. Des milliers de personnes se sont jointes à une manifestation dans la capitale Bogota dimanche pour appeler à la fin des manifestations et en soutien aux forces de sécurité. Mais les barrages routiers ont pour la plupart été organisés par des gens ordinaires en dehors du contrôle du Comité de grève national.

La semaine dernière, le Comité a poussé à plus de protestations. Il affirme que c'est pour faire pression sur le gouvernement pour qu'il négocie davantage. Mais il a également clairement indiqué que les négociations avec le gouvernement sont conçues pour conclure un accord avec Duque, et non pour chasser ce dernier du pouvoir.

Et malgré l'échec des pourparlers, les syndicats et les mouvements sociaux impliqués dans le Comité national de grève déclarent qu'ils continueront de chercher à négocier avec le gouvernement.

Appeler à la fin des manifestations serait une erreur. Le gouvernement a déjà été poussé à faire des concessions aux manifestants. Ce sont plus d'actions, et non des négociations, qui conduiront à un véritable changement.

Lien de l’article en anglais:

https://socialistworker.co.uk/art/51891/Violence+against+protests+increases+in+Colombia+while+talks+collapse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article