Histoire: George Dupont, le seul thaïlandais qui a combattu pendant la guerre de Sécession

Publié le

Par John J. Brandon pour The Asia Foundation le 8 avril 2015

Combat entre Nordistes et Sudistes

Combat entre Nordistes et Sudistes

Le 9 avril 2015, c'était le 150e anniversaire de la capitulation du général Lee à Appomattox et la fin de la guerre de Sécession. Ce fut le conflit le plus sanglant de l'histoire des États-Unis, tuant plus de personnes que toutes les guerres étrangères des États-Unis réunies. Plus de 3,1 millions de soldats ont pris les armes pour l'Union et la Confédération, et l'un d'entre eux, un soldat de l'armée de l'Union, était citoyen d'une nation d’un très lointain pays de l'autre côté du monde, alors connue sous le nom de Siam.

Son nom était Yod. On ne sait pas comment il est arrivé aux États-Unis, mais il vivait à Jersey City depuis 1859. Le 12 août 1862, il a rejoint la compagnie B des New Jersey Volunteers, indiquant son âge comme étant de 18 ans. Il devait avoir l'air beaucoup plus jeune, car quelqu'un du nom de William Hagen a signé un formulaire de consentement pour les mineurs.

Comme Yod, la plupart des volontaires du New Jersey étaient des immigrants – des hommes venus d'Irlande, d'Allemagne et d'ailleurs en Europe – mais Yod était le seul Asiatique. Finalement, il a pris le nom de George Dupont. Dans son livre Elephants for Mr. Lincoln: American Civil War Diplomacy in Southeast Asia, l'historien militaire William Strobridge a écrit: «Né trop tard pour faire l'expérience des marches dans la jungle et aux charges d'éléphants des guerres du Siam avec la Birmanie, le soldat Dupont a rapidement été témoin des campagnes d'une guerre civile à douze mille miles de chez lui.»

En moins d'un an, Dupont a participé à trois des batailles les plus meurtrières de la guerre civile: Antietam, Chancellorsville et Gettysburg. Il en est sorti indemne, mais est tombé malade après Gettysburg et a passé du temps dans un hôpital militaire à Alexandria, en Virginie. Après avoir récupéré, Dupont a participé à la marche épique et tristement célèbre du général Sherman à travers la Géorgie, où il a subi une blessure à la bataille de Kolb's Farm en juin 1864 qui l'a hospitalisé pendant un an à Jefferson dans l’Indiana.

À la fin de la guerre, le soldat Dupont a été honorablement démobilisé de l'armée de l'Union à Lexington, Kentucky, et a reçu 64,30 $ en arriérés de salaire et une prime gouvernementale de 75 $, y compris les frais de voyage de retour à Jersey City, pour avoir terminé son service.

Dupont n'est pas resté longtemps à Jersey City. Il a déménagé à Philadelphie, où il a trouvé du travail comme commis dans une fonderie de caractères à environ un pâté de maisons de l'Independence Hall.

En août 1869, George Dupont devient citoyen américain naturalisé et obtient un passeport. Peu de temps après, il quitta les États-Unis, visita le Japon et la Chine et arriva au Siam en 1870. Personne ne sait pourquoi George Dupont est retourné dans son pays. Il avait peut-être le mal du pays, mais on ne sait rien de sa famille. Un historien amateur a émis l'hypothèse qu'il aurait été encouragé par les réformes du roi Chulalongkorn, mais celles-ci n'ont eu lieu que dans les années 1880.

Au Siam, Dupont a travaillé pour le Siam Weekly Advertiser, un journal de langue anglaise à Bangkok. Lorsque les responsables ont appris son expérience militaire pendant la guerre civile, le gouvernement l'a engagé comme maître d'entraînement dans l'armée siamoise. Il est devenu officiellement un «instructeur étranger» – sans doute à cause de son passeport américain – tirant la somme princière de 50 $ par mois, une fortune au Siam du XIXe siècle qu'aucun roturier n'aurait pu espérer gagner.

Après son travail d’instructeur militaire, Dupont a beaucoup voyagé au Siam en tant que marchand de bois. En novembre 1889, il a été attaqué par des voleurs qui lui ont tiré dans les deux pieds. En raison de ses blessures, Dupont a demandé une pension américaine en vertu de la loi américaine sur les pensions de 1890. Un médecin américain a dûment vérifié ses blessures et Dupont a obtenu une pension de 12 $ par mois.

Dupont s'est marié pour la première fois au début des années 1900, mais le mariage a été de courte durée: il est décédé d'une maladie cardiaque le 18 juillet 1900 et repose aujourd'hui au cimetière protestant de Bangkok. Il y a plus de 150 ans, le soldat George Dupont a combattu sur certains des champs de bataille les plus sanglants de l'histoire, aussi loin que possible de sa patrie, et il est probablement le vétéran de la guerre de Sécession enterré le plus loin des champs de bataille sur lesquels il a combattu.

John J. Brandon est directeur principal des programmes de coopération régionale pour The Asia Foundation à Washington, D.C. Il peut être contacté à l'adresse john.brandon@asiafoundation.org.

Lien de l’article en anglais:

https://asiafoundation.org/2015/04/08/george-dupont-the-only-thai-in-the-u-s-civil-war/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article