L'Ukraine comme terrain de jeu des Américains

Publié le

Par Ron Jacobs pour Counterpunch le 26 Janvier 2022

La Russie n’est pas notre ennemie

La Russie n’est pas notre ennemie

Washington se soucie moins de l'indépendance et de la souveraineté de l'Ukraine que de la Russie en général. Son principal intérêt pour ce territoire est qu’il est situé juste à côté de la Russie; ses autres intérêts résident dans les ressources et les marchés que peuvent offrir une Ukraine sous influence américaine. Bien sûr, cela explique également la détermination de la Russie à ne pas laisser l'OTAN assimiler Kiev et le pays dont cette ville est la capitale. Si Washington était vraiment intéressé par l'indépendance du peuple ukrainien, les Etats-Unis appelleraient à une résolution accordant l'autonomie à la région orientale du Donbass en Ukraine, où une guerre pour la sécession de cette région de l'Ukraine se déroule depuis au moins 2014 lorsque les États-Unis/l'OTAN ont parrainé la rébellion de couleur qui a renversé le gouvernement élu à Kiev. C'est ce gouvernement à tendance pro-américaine que Washington veut préserver; un gouvernement d'abord installé par les services de renseignement américains et ceux de l'OTAN qui peut représenter les espoirs ukrainiens, mais qui ne représente certainement pas l'indépendance ukrainienne. Seul le peuple ukrainien peut la déterminer et sa voix est à la fois étouffée et mitigée. Des socialistes démocrates, des capitalistes sans vergogne tournés vers l'UE, des familles avec de l'argent anciennement volé au peuple après la dissolution de l'Union soviétique, des fascistes dont l'héritage comprend le meurtre de milliers de Juifs et la collaboration militaire avec les nazis, et des millions de travailleurs et d'agriculteurs - ce sont eux tous qui représentent le peuple ukrainien. Dans mon esprit, c'est le dernier groupe démographique qui devrait avoir le plus grand mot à dire sur l'avenir de leur nation. Cependant, si le reste du monde est une indication, leur voix sera la dernière à être entendue.

Le monde regarde la querelle entre les États-Unis et la Russie s'intensifier. La Russie déplace des troupes sur son territoire. Washington insiste sur le fait que Moscou n'a pas le droit de déplacer ces troupes près de la frontière entre la Russie et l'Ukraine. Le Pentagone rapproche certaines de ses forces aux frontières de la Russie: en Pologne, en Lettonie, en Lituanie, entre autres. Pendant ce temps, Kiev continue de recevoir ses ordres de Washington, qui a contribué à créer la réalité politique actuelle là-bas lorsque les Etats Unis sont intervenu ouvertement dans le processus électoral en 2014 dans le cadre de son expansion vers l'est via l'OTAN après la dissolution de l'Union soviétique. Les États-Unis insistent commodément sur le fait que les régions d'influence de style guerre froide sont une relique du passé et que les pays devraient pouvoir choisir leurs propres alliances. En d'autres termes, les États-Unis devraient pouvoir étendre leur empire où ils le souhaitent. Moscou, pour des raisons évidentes, n'est pas d'accord. Le débat actuel sur l'Ukraine ne porte pas sur la liberté du peuple ukrainien, mais aussi sur l'expansion de l'influence de Moscou en Europe aux dépens de Washington. Un excellent exemple de cette lutte est la ligne de gaz naturel Nordeast 2 qui permet aux entreprises énergétiques russes de transporter et de vendre leurs ressources à l'Allemagne et à d'autres pays européens à un prix beaucoup moins cher que celui des entreprises énergétiques américaines ne pourraient le vendre sur les mêmes marchés.

Ensuite, il y a l'OTAN. Le fait de son existence continue en dit long sur sa véritable intention. L'OTAN est un outil de l'empire américain, un moyen militaire de maintenir les nations de l'alliance sous la domination de Washington. L'OTAN est à l’Europe ce que la doctrine Monroe est officieusement à l’Amérique latine. Se faisant passer pour un protecteur bienveillant et une alliance égale des nations, son véritable objectif est d'engager d'autres nations capitalistes dans la poursuite de l'hégémonie de Washington. Alors que Washington continue de prétendre que l'OTAN existe pour défendre des libertés que seuls les États-Unis pourraient apporter, l'OTAN continue de faire partie du bras armé de l'empire américain. C'est plus vrai aujourd'hui qu'à n'importe quel moment depuis les années 1980, lorsque la Maison Blanche sous le président Reagan avait déplacé des missiles nucléaires en Europe malgré des protestations massives.

Dans le monde de la politique impériale, la Russie a deux points très légitimes: l'OTAN doit mettre fin à son expansion et la Russie a parfaitement le droit de déplacer ses troupes sur son territoire et d'organiser des manœuvres militaires n'importe où dans son propre pays. Après tout, non seulement les États-Unis ont déployé leur armée dans des centaines de pays à travers le monde, mais ils organisent également des manœuvres militaires dans des pays qui bordent leurs deux principaux rivaux, la Russie et la Chine. De plus, bon nombre des troupes déployées en Europe sont là en partie pour intimider la Russie. Étant donné que Washington a jusqu'à présent refusé d'arrêter l'expansion de l'OTAN ou de retirer ses missiles et autres armements qui ciblent la Russie, Moscou menace de placer certains de ses missiles à Cuba et au Venezuela.

Il n'y a qu'un mot pour cela. Folie. Le nationalisme est comme la religion. Il fournit une identité et provoque des conflits. C'est aussi un terme très large qui inclut les factions et les fantasmes de droite et de gauche. L'histoire de l'Ukraine est remplie d'histoires de ses luttes nationalistes. Beaucoup, sinon la plupart, sont des histoires de rêves réactionnaires et royalistes d'un royaume où seuls les vrais Ukrainiens vivent, mais il y en a aussi d'autres qui parlent d'utopies anarchistes et communistes de paix et d'égalité des droits pour tous les résidents libérés de la domination étrangère. J'ai écrit un article en 2015 après la partielle réussite de la révolution de couleur en Ukraine. Le dernier paragraphe de cet article est toujours vrai aujourd'hui en 2022 :

«Les Ukrainiens livrent des batailles dans lesquelles ils ne sont finalement que des pions. Armer l'un ou l'autre côté est cynique et manipulateur et ouvre la voie à une expansion de la guerre peut-être même au-delà des frontières de l'Ukraine. Une trêve devrait être convenue, laissant toutes les forces en place pendant que les parties belligérantes et leurs sponsors négocient la fin du conflit armé. La motivation de cette guerre réside dans le désir de contrôler les ressources et le territoire, directement et autrement. Les Ukrainiens qui désirent l'indépendance vis-à-vis de la Russie voient ce désir être manipulé par Washington et les politiciens locaux avec leurs propres desseins. Ceux qui souhaitent l'indépendance du nouveau gouvernement de Kiev vivent un scénario similaire. Plus la guerre durera, plus elle sera influencée par Washington et Moscou. Et plus il y aura de sang versé.» (23/02/2015)

Lien de l’article en anglais:

https://www.counterpunch.org/2022/01/26/ukraine-as-game-board/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article