Une dramatique affaire d'enlèvement en Malaisie pourrait indiquer des changements dans la tactique du Mossad

Publié le par La Gazette du Citoyen

Par Avner Barnea pour IntelNews le 24 octobre 2022

Des rapports de Kuala Lumpur suggèrent que des agents malaisiens opérant pour le service des renseignements israéliens ont procédé à l'enlèvement d'un ingénieur palestinien, Omar al-Balbaisi, le 28 septembre. Selon le journal malaisien The Straits Times, l'opération d'enlèvement a été orchestrée par l’agence de renseignement extérieure des forces israéliennes, le Mossad.

Kuala Lumpur

Kuala Lumpur

Omar al-Balbaisi avait obtenu une licence en informatique à l'Université islamique de Gaza, où il aurait rejoint les Brigades Izz-ad-Din Al-Qassam, spécialisées dans le piratage des téléphones portables. En 2020 ou vers 2020, al-Balbaisi a quitté la bande de Gaza pour Istanbul, où, selon des informations, une unité secrète de renseignement et de cybercriminalité du Hamas a été créée en 2020. L'unité aurait opéré sur les instructions des dirigeants du Hamas à Gaza, à l'insu de les autorités turques.

Quand al-Balbaisi a été kidnappé, il revenait apparemment d'un déjeuner avec un autre expatrié palestinien. Selon le rapport, une camionnette blanche s'est dirigée vers les deux hommes. Quatre personnes sont sorties de la camionnette, ont attrapé al-Balbaisi et l'ont traîné dans le véhicule, tout en lui criant: «notre patron veut te parler». L'autre Palestinien a tenté d'aider al-Balbaisi, mais a été averti sous la menace de ne pas s’en méler. Il a ensuite porté plainte au poste de police, environ 40 minutes après l'enlèvement de son ami.

Selon les rapports, le Palestinien kidnappé a été emmené ligoté et les yeux bandés dans une maison sécurisée, où ses ravisseurs malaisiens l'ont attaché à une chaise. Ils ont ensuite appelé deux hommes, prétendument des Israéliens, qui ont dit à l’homme enlevé: «tu sais pourquoi tu es ici». Selon un autre rapport, al-Balbaisi a été interrogé, prétendument par deux Israéliens, supposés être des agents du Mossad, via un appel vidéo. Cependant, l'appel vidéo a été interrompu lorsque des policiers malaisiens sont entrés par effraction dans la maison sécurisée.

Après avoir reçu les informations sur l'enlèvement, la police malaisienne a immédiatement cherché à localiser al-Balbaisi. Ils ont ensuite réussi à faire une descente dans la maison où le Palestinien était détenu, alors que son interrogatoire était en cours. Une source a déclaré au journal malaisien que «les Israéliens voulaient connaître l'expérience [d'al-Balbaisi] dans le domaine des logiciels, les forces du Hamas dans ce domaine, et les noms des membres des Brigades Izz ad-Din al-Qassam qu'il connaissait».

Selon les médias malaisiens, des actes d'accusation ont été déposés contre 11 personnes, qui sont désormais accusées d'enlèvement au troisième degré. En Malaisie, ce crime peut être passible d'une peine d'emprisonnement à perpétuité, voire de la peine de mort. Il a également été affirmé qu'une femme locale dans la trentaine dirigeait le réseau du Mossad dans le pays. Il a été dit qu'«elle s'était entraînée à l'étranger, y compris en Europe», et recevait 2,000 euros par mois de ses chefs. Plusieurs hommes travaillaient sous ses ordres, selon le rapport.

On prétend également que la même femme était employée par des agents du Mossad en 2018, lorsque les services de renseignement israéliens auraient tué l'ingénieur palestinien Fadi al-Batsh en Malaisie. Al-Batsh, maître de conférences en génie électrique dans une université malaisienne, a été abattu par deux hommes à moto alors qu'il se rendait un samedi à une mosquée. En avril 2018, Avigdor Lieberman, qui était alors ministre de la Défense d'Israël, a été interrogé dans une interview sur qui a tué al-Batch, il a répondu: «Demandez à James Bond [...] peut-être que James Bond l'a tué, comme dans les films». Le Hamas, le groupe islamique militant qui dirige Gaza, accuse Israël d'avoir assassiné al-Batsh.

Il semble que le modus operandi du Mossad ait changé depuis l'assassinat de Mahmoud al-Mabhouh, un membre haut placé du Hamas, tué le 19 janvier 2010, dans une chambre d'hôtel à Dubaï. Cet assassinat a attiré l'attention internationale, en partie à cause d'allégations selon lesquelles il aurait été perpétré par des membres du Mossad. Les assassins en civil ont été démasqués et ont été retrouvés en possession de faux passeports ou de passeports obtenus frauduleusement de plusieurs pays européens et d'Australie. L'utilisation de la population locale semble être moins risquée. Cette évolution a conduit à des évaluations d'experts du renseignement selon lesquelles le Mossad pourrait actuellement utiliser un modus operandi similaire en Iran.

Le Dr Avner Barnea est chercheur au Centre d'études sur la sécurité nationale de l'Université de Haïfa en Israël. Il a été officier supérieur de l'Agence de sécurité israélienne (ISA). Il est l'auteur de We Never Expected That: A Comparative Study of Failures in National and Business Intelligence (Lexington Books, 2021)

Lien de l’article en anglais:

https://intelnews.org/2022/10/24/01-3229/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article