Histoire alternative anglaise: et si l'impératrice Mathilde avait vaincu le roi Stephen?

Publié le par La Gazette du Citoyen

Dans les années 1130, deux cousins ​​rivaux plongent l'Angleterre dans la guerre civile. Spencer Mizen a demandé à l'historien Matt Lewis si cette lutte – connue sous le nom d'Anarchie – aurait pu se dérouler différemment

Par Spencer Mizen pour History Extra le 27 septembre 2022

Portrait de l'impératrice Mathilde

Portrait de l'impératrice Mathilde

Le roi Henri Ier était, selon l'estimation de nombreux historiens, un dirigeant accompli. Il a cimenté la conquête du royaume d'Angleterre par son père, Guillaume Ier, a combattu avec succès une série de rébellions outre-Manche en Normandie et a renforcé la réputation de l'Angleterre parmi les royaumes d'Europe.

Pourtant, malgré toutes ses qualités incontestables, la succession du trône d’Henry a été un gâchis complet. Ainsi, lorsque le roi vieillissant mourut en 1135, l'Angleterre fut plongée dans la guerre civile.

Ce conflit est maintenant mieux connu sous le nom d'Anarchie, un mot qui évoque des images de turbulence et de chaos. Et c'est ce qui est arrivé tandis que les deux prétendants à la couronne d'Henri - sa fille et héritière nommée, l'impératrice Mathilde; et Étienne de Blois, petit-fils de Guillaume le Conquérant, se sont lancés dans une âpre bataille pour le pouvoir.

Dans un conflit de rebondissements apparemment sans fin, c'est Stephen qui a frappé le premier, se faisant couronner quelques semaines après la mort d'Henry. Pourtant, en 1141, Mathilde avait complètement renversé la situation à son profit. Après avoir vaincu Stephen à la bataille de Lincoln et l'avoir jeté en prison, elle entra triomphalement à Londres, apparemment sur le point de s'assurer le trône. Pourtant, les Londoniens ne l'acceptaient pas et, après avoir été libéré de son incarcération, Stephen fut bientôt de retour dans la lutte pour la succession.

La guerre civile a alors éclaté, tandis que les partisans de Mathilde - son fils Henry au premier plan - ont tout fait pour renverser Stephen. Ce n'est qu'en 1154, à la mort d'Étienne, que le long cauchemar d'Henry prit fin.

Et si Mathilde n'avait pas laissé la victoire lui échapper en 1141? Et si elle avait placé la couronne sur sa tête, s'était assise sur le trône - et s'était elle-même déclarée la première reine régnante d'Angleterre?

Succession inchangée

Superficiellement, cela n'aurait pas été très différent. C'est le verdict de Matt Lewis, historien médiéval et auteur de Stephen and Matilda's Civil War (Pen & Sword, 2019). «L'anarchie s'est terminée avec Henry II en possession du trône d'Angleterre - et il est difficile d'imaginer un scénario dans lequel une Mathilde victorieuse n'aurait pas transmis la couronne à son fils à sa mort. Donc, à cet égard, rien n'a changé», explique-t-il. «De plus, en tant que fils de Geoffroy V, comte d'Anjou - avec tous les territoires que son héritage a apportés - Henry aurait dirigé un empire considérable qui englobait l'Angleterre, le Maine, l'Anjou et la Normandie, que Mathilde obtienne une victoire rapide dans le guerre civile ou pas.»

Cependant…

Jusqu'ici, cela parait très semblable à ce qui s’est vraiment passé. Pourtant, si l’on gratte sous la surface, affirme Lewis, on constatera peut-être que le règne d'Henry aurait été différent - et beaucoup moins réussi - si Mathilde avait obtenu une victoire rapide. Après tout, le Henry qui devint roi en 1154 était en grande partie le produit de sa jeunesse - et c'était une jeunesse façonnée par la crise et la guerre.

«S'il y a une chose que l’on peut dire à propos d'Henry II, c'est qu'il était un superbe guerrier - qu'il attaque, combatte des rébellions ou défende les frontières de son empire», explique Lewis. «Il est difficile de ne pas conclure que certaines de ces compétences ont été forgées pendant l'Anarchie - un conflit qui l'a vu impliqué dans des combats intenses en Angleterre et en Normandie.»

Tant pis pour Henry. Mais qu'en est-il de la femme qui lui aurait passé la couronne si elle avait vaincu Stephen? Mathilde aurait-elle fait une dirigeante accomplie? «Il y a tout lieu de soupçonner que la réponse à cette question est oui», déclare Lewis.

En tant que jeune femme, Mathilde a passé beaucoup de temps dans ce qui est aujourd'hui l'Allemagne et a été mariée à l'empereur romain germanique Henri V jusqu'à sa mort. Henri la considérait comme quelqu'un qui travaillerait à ses côtés – «elle n'était pas là pour s'asseoir dans un coin et coudre», explique Lewis. Elle avait une éducation en or, parlait de nombreuses langues et - à en juger par l'efficacité avec laquelle elle gouvernait la Normandie au nom de son fils Henry lorsqu'il était roi d'Angleterre - était une opératrice politique astucieuse.

Pourtant, selon Lewis, il y a un gros problème lorsqu'on discute de la perspective du règne de Mathilde – et c'est son sexe.

«En tant que reine régnante, Mathilde aurait dû faire face à une importante misogynie», dit-il. «Sa victoire en 1141 aurait peut-être mis fin à la crise de succession, mais les combats auraient peut-être continués, en grande partie à cause du fait qu’à l’époque de nombreux Anglais détestaient la perspective d'être gouvernés par une femme.»

«Son avènement aurait soulevé tant de questions. Comment une reine mène-t-elle une armée sur le champ de bataille? Comment rend-elle la justice? Comment appelle-t-on son mari, s'il n'est pas roi? Ce sont toutes des questions auxquelles il aurait fallu répondre dans un pays qui n'avait jamais connu la domination féminine - et, dans une large mesure, n'en voulait pas.»

Un chemin alternatif

Et les réponses, dit Lewis, auraient eu des ramifications s'étendant bien au-delà du 12ème siècle. «Si Mathilde avait vaincu les sceptiques et prouvé qu'une femme pouvait être une dirigeante capable, alors l'histoire de l'Angleterre aurait peut-être pris un autre chemin. Cela a peut-être même changé le cours de la Guerre des Roses, qui était, dans une large mesure, motivée par l'aversion de la nation à donner à Marguerite d'Anjou des pouvoirs de régence lorsque son mari, Henry VI, a été frappé d'incapacité.»

Une autre guerre civile longue et sanglante trois siècles plus tard aurait-elle été évitée si le règne de Mathilde avait été un succès? Nous ne le saurons jamais. Mais c'est une possibilité intrigante.

Matt Lewis est un auteur et historien de la période médiévale qui porte un intérêt particulier pour la Guerre des Roses et Richard III. Vous pouvez lire sa publication la plus récente, Rebellion in the Middle Ages: Fight Against the Crown, ou visiter sa page Twitter.

Lien de l’article en anglais:

https://www.historyextra.com/period/medieval/what-if-empress-matilda-defeated-king-stephen/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article